fbpx

“Moi ??  surdoué ?? J’ai même pas le bac ! Je fait des fautes à chaque mots et je sais pas compter…”. Il y a 10 ans, dans le confort d’un cabinet ou je venais confier mes peines et mes misères, le terme était lâché : “Vous êtes surdoué”. Plus tard, d’autres m’ont invités à faire un test pour vérifier !!

 

“Non m’en fou du test, j’veux pas qu’on me test ni même que l’on pose un diagnostique, suis pas malade ! Je veux bien être “hypersensible”, mais surdoué c’est pas le mot. Je ne suis pas non plus un zèbre, je suis un homme et je n’aime pas l’idée d’être précoce ! “

 

Même si je n’arrive pas à accepter toutes ces étiquettes je dois reconnaitre que je m’y retrouve à chaque lecture de livre, article ou autres sur le sujet, mais bon ! Le terme de neuro droitier me convient  plus que le reste mais, qu’est ce qu’un neuro droitier ?

 

Mon CV

 

Si un chef d’entreprise regardait mon CV aujourd’hui, il pourrait lire que j’ai exercé dans des domaines très différents. Militaire, agent de sécurité maître chien, conducteur de travaux, j’ai également travaillé pour une entreprise de diffusion musicale puis je me suis installé à mon compte dans la publicité, j’ai créé un magazine, je m’occupais des démarches commerciales, de la création visuelle, de la rédaction, du site internet… Cet employeur se rendrait compte que j’ai travaillé comme responsable technique dans un hôtel et que j’ai aussi créé une entreprise dans le service à la personne. Jusqu’à finalement trouver ma voie à 38 ans et devenir praticien en hypnose, EFT…
De plus, s’il prenait le temps de lire mon CV jusqu’à la fin, il pourrait lire dans les “hobbies” que je suis guitariste, chanteur, auteur et compositeur, que j’ai donné des concerts. Il lirait également que je fais de la photographie et que j’ai bien d’autres centres d’intérêt.

 

Touche à tout bon à rien

 

En lisant cela, il se dirait peut-être “Cet homme est instable, il n’est pas fiable et puis comme on dit : « touche à tout, bon à rien ! » “. Autrement dit, si je ne comptais que sur mon CV pour décrocher un emploi, je crois que je pourrais attendre longtemps. Peut-être que vous-même, vous vous dites “Mais quel prétentieux celui-là, quel vantard ! Il se prend pour qui ? » Je me suis souvent demandé ce que je faisais sur cette planète, en me disant que je n’étais pas à ma place bien sûr sans comprendre quoi que ce soit à cette instabilité qui finalement dérangeait plus mon entourage que moi-même ou bien qui me perturbait puisque pas dans la “norme”. Par chance j’ai fini par comprendre,  je me suis aperçu que je n’étais pas le seul à me poser tant de questions, loin de là ! Ma relaxologue m’a dit un jour que je fonctionnais comme un “neuro droitier” !  Mais qu’est ce que c’est que cette bestiole ?

 

Deux hémisphères dans le cerveau , deux types de raisonnement

 

Vous le savez certainement, nous avons un hémisphère droit et un hémisphère gauche, évidement les deux sont indispensables et communiquent entre eux. Toutefois,  l’un des deux hémisphères dominerait l’autre dans notre fonctionnement (tout le monde n’est pas d’accord), c’est un peu comme avoir deux mains alors que nous utilisons plus l’une que l’autre.
Béatrice Millêtre (Docteur en Psychologie et Psychothérapeute) nous donne quelques chiffres : “Nous avons des personnes presque exclusivement “neuro droitier” (environ un tiers de  la population), d’autres “neuro gaucher” (environ un quart de la population) ainsi que des personnes disons plus “neutres” (environ 40% de la population), mais qui favorisent tout de même l’un ou l’autre mode de pensée.”

Le “neuro gaucher” fonctionnement majoritairement séquentiel

 

Il s’agirait de la majorité de la population. Notre société est principalement construite sur les modes de fonctionnement majoritaires (ici gauche), les institutions comme nos écoles en sont un parfait reflet.  Les méthodes d’enseignement, surtout à partir du collège, sont surtout faites par et pour des personnes fonctionnant prioritairement avec un raisonnement séquentiel. L’hémisphère gauche est celui de la logique, c’est celui qui analyse.  Le neuro gaucher est donc méticuleux, il sait organiser sa pensée, il travaille sur un projet à la fois et s’organise de manière à argumenter efficacement. Il arrive au résultat escompté en procédant étape par étape, on peut comparer ce type de raisonnement à un raisonnement mathématique, un résultat s’obtient en additionnant, en éliminant… les données. Le neuro gaucher a besoin de se concentrer, de faire fumer son cerveau et pour cela il peine à supporter que des bruits parasites (musique, cris…) viennent le perturber pendant son travail. Au final il ne laisse aucun détail au hasard, il contrôle chaque donnée, s’organise et restitue ses connaissances efficacement.  Il est capable de devenir un athlète de haut niveau, car très assidu et  appliqué il s’entraîne sans relâche pour peaufiner sa technique.

 

Le neurodroitier

On parle de raisonnement intuitif, il est évidemment capable d’arriver au même résultat qu’un neuro gaucher, mais il ne va pas emprunter le même chemin. Au lieu d’être séquentiel, organisé, il recueille toutes les informations utiles à l’obtention du résultat, les mettre (inconsciemment) dans un « mixeur » et obtenir ce résultat. Pour cela il peut avoir les yeux dans le vide, bailler aux corneilles pendant qu’il réfléchit sans y penser ! Il va ronger son stylo et regarder par la fenêtre, souvent il dira “je ne sais pas comment je le sais, mais je le sais” et c’est pour lui le principal !
Il fonctionne donc avec une vision d’ensemble avant de s’intéresser aux détails. Sa pensée “globale” est parfois difficile à suivre puisqu’il traite l’information de façon parallèle ; il a du mal à argumenter ses pensées.
Le neurodroitier ne lit pas les notices, il regarde et se lance dans la construction du meuble même s’il faut faire marche arrière et recommencer ; il a tendance à partir dans toutes les directions. Il sait poser les questions pertinentes, et il a bien souvent plusieurs projets en tête ce qui lui permet de ne pas fonctionner de manière séquentielle.
Le neurodroitier est un rêveur. Souvent hypersensibles, ses  émotions peuvent lui jouer des tours ! Il s’agite et a du mal à rester assis sur une chaise pour écouter parler ; il a besoin de bruit et peut facilement lire un livre en laissant la télé allumée. C’est une façon pour lui de faire quelque chose de séquentiel (lecture) en faisant fonctionner d’autres zones de son cerveau. Ainsi, il se concentre mieux et cela peut rendre fou le neurogaucher pour qui il est difficile de combiner deux activités différentes.
Le cerveau droit reste celui de la créativité, de l’intuitif, il n’est donc pas rare que les artistes (musicien, acteur, auteur, peintres, dessinateurs…) fonctionnent sur ce mode même si, bien sûr, ils n’en ont pas l’exclusivité.

 

Pourquoi les neurodroitiers ont plus de difficultés dans notre société ?

 

Comme nous le disions plus haut, la société est construite selon un raisonnement plutôt séquentiel, il y a une façon de fonctionner qui est censée être la norme. Comme les neurogauchers sont plus nombreux, la norme est à gauche. Chacun ayant son propre code selon son fonctionnement, cela donne des situations difficiles à comprendre et à gérer pour les uns comme pour les autres.

Bailler et regarder par la fenêtre pour commencer un travail puis se lever pour aller dans le frigo puis revenir, lire un article sur internet avant de se replonger à son travail, va être considéré comme un manque de concentration flagrant voir même de la paresse alors qu’il lui est impossible de faire autrement, il a besoin de s’occuper à plusieurs choses.
Dans ce cas et si le neuro gaucher fait une remarque à son ami neuro droitier sur sa façon de se mettre au travail il risque fort d’être considéré comme étant complètement fermé, de manquer d’ouverture d’esprit ! En réalité le neuro gaucher a simplement un mode de travail et de concentration diamétralement opposé ce qui ne constitue pas une fermeture d’esprit !
Encore une fois la société est faite pour les neuro gaucher, du coup un neuro droitier sera très vite traité de flemmard, de « je-m’en-foutiste », de prétentieux…  Imaginez les dégâts que cela peut causer dans une école où tout est fait en compliquant la vie des uns pour arranger celle des autres !
Chacun, selon ses valeurs et son mode de fonctionnement, juge l’autre et s’imagine que la bonne façon de faire reste sa propre façon de faire, pour citer à nouveau Béatrice Millêtre, “Si un neuro gaucher montrait le comportement et l’attitude d’un neuro droitier, ce serait pour lui de la flemmardise, du manque de concentration, de la dispersion et de l’instabilité…” Vous comprenez mieux pourquoi mon CV selon le chef d’entreprise qui le lit risquerait fort de finir directement dans une corbeille !

Neurogaucher VS & neuro droitier

Il me paraît très important de souligner un point, un neuro droitier n’est pas plus ou moins supérieur à un neuro gaucher ou inversement. L’un n’est pas plus intelligent que l’autre. Il s’agit simplement de deux modes de raisonnement et de pensée différents, mais aussi complémentaires. Un bon recruteur aurait tout intérêt à sélectionner un neuro droitier pour sa capacité à imaginer, créer, avoir une vue d’ensemble et un neuro gaucher pour structurer les idées, les mettre en œuvre de manière logique et ordonnée. Ensemble ils forment une équipe très efficace. Nous entendons souvent parler de surdoué, précoce, zèbres… qui peuvent se reconnaitre dans ces descriptions quoi qu’il en soit le sujet n’est pas obligatoirement le même. Ne peut on pas être neurodroitier sans être un zèbre ? Hein ? Maiiiiiis si 😉

Lectures : il y a de nombreux livres qui parlent de surdouance, mais si vous souhaitez éviter ce terme, je vous en propose trois. l’un est déjà proposé dans la bibliothèque et les deux autres ne vont pas tarder à y être. 🙂
Béatrice Millêtre : “Petit guide à l’intention des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués” & “Petit guide à l’usage des parents qui trouvent (à juste titre) que leur enfant est doué”
Christel PetitCollin : “Je pense trop”

Vous reconnaissez-vous dans ces descriptions ? Le concept cerveau gauche cerveau droit vous fait bondir ? Vous validez pour le vivre ? Bref partagez vos commentaires, vos expériences je serais très heureux de vous lire. Enfin si vous pensez que cela puisse éclairer certaines lanternes, n’hésitez pas à partager avec vos proches et les gens que vous voulez aider. En attendant de vous lire bientôt je vous encourage quoiqu’il arrive à vivre une vie qui vous fait en vie !

Amitiés et gratitudes pour nos futurs échanges et partages

Steves